© Promenade Sur La Plage Rurutu© Tahiti Tourisme | Tahiti Tourisme
Escapade

Quatre jours à Rurutu

Rurutu, l’île aux baleines

Brute et singulière. C’est ainsi qu’on peut décrire la nature à Rurutu. Poser ses bagages aux Îles Australes pour quelques jours, c’est rentrer en communion avec cette nature. L’observer, la toucher, mieux la comprendre aussi. Venir à Rurutu, c’est faire des rencontres extraordinaires. Suivez-nous.

Tarodière à Rurutu © Tahiti TourismeTarodière à Rurutu © Tahiti Tourisme
©Tarodière à Rurutu © Tahiti Tourisme|Tahiti Tourisme

Jour 1

Rurutu est une île bien singulière. Pour la comprendre, rien de mieux qu’un tour en 4×4 avec un guide qui vous racontera son histoire géologique. Car c’est bien sa géologie originale qui rend l’île de Rurutu si attractive pour les visiteurs… et les baleines ! Il y a presque un million d’années, l’atoll existant s’est soulevé de 150 mètres, laissant apparaître des falaises de corail et une trentaine de grottes. Le lagon, lui, a disparu au profit d’un plateau.

Quelle est la différence entre une stalactite et une stalagmite ? Si vous l’ignorez, Rurutu est le meilleur endroit pour l’apprendre. Impossible en effet d’aller à Rurutu sans visiter ses grottes. La plus connue, et la plus simple d’accès est la grotte Mitterrand sur la commune de Vitaria. En vrai, les Rurutu l’appellent Ana Ae’o. Elle doit son surnom à la visite de l’ancien président de la République, François Mitterrand, en 1990. D’autres grottes vous attendent, prenez le temps de les visiter.

Jour 2

De par sa configuration, Rurutu offre aux baleines un refuge parfait pour s’occuper de leurs petits. De juillet à novembre, ne manquez pas ces rencontres inoubliables. L’eau est fraîche, mais avec une combinaison, ce détail est vite oublié, surtout quand on a rendez-vous avec les baleines. A Rurutu, aujourd’hui peu de marins ont l’agrément de la Direction de l’environnement pour s’approcher des baleines et effectuer une mise à l’eau (la plongée se fait en apnée) si les conditions le permettent. Pendant la haute saison, deux sorties sont organisées par jour. Nous avons une préférence pour celle du matin où la lumière du soleil sublime encore plus la rencontre.

Jour 3

Cette troisième journée sera sportive ! Sport et aventure, voilà d’ailleurs comment définir au mieux le Sentier perdu. Une randonnée qui vous amène dans les mâchoires d’un monstre. Si les conditions météorologiques et votre condition physique le permettent, ne manquez pas cette randonnée qui se fait impérativement avec un guide de l’île. A marée basse, vous longerez la plage et escaladerez les parois pour atteindre les grottes.

Si le Sentier perdu n’est pas à votre portée ou pas accessible, pourquoi ne pas tenter une sortie équestre. Il existe plusieurs balades de niveaux différents. La plus simple, réservée aux débutants et aux enfants (âgés de six ans et plus), vous mènera tranquillement de la plage au plateau Tetuanui en deux heures avant de revenir par la plage avec à la clef un petit bain bien mérité pour les chevaux. Les cavaliers les plus expérimentés peuvent tester la balade qui mène du plateau Tetuanui vers les plus hautes crêtes de l’île. Comptez trois heures de randonnée équestre.

L’autre solution est de parcourir les pistes de l’île à l’aide d’un vélo à assistance électrique (VAE). Le coup de pédale est facile et le panorama souvent spectaculaire. Grimpez vers le mont Manureva, à partir de la traversière et suivez les pistes qui vous mènent tantôt sur la crête tantôt sur les plateaux de l’île. Arrêtez-vous pour admirer la vue sur la baie d’Avera. Pour une balade plus courte, vous pouvez pédaler sur les sentiers qui mènent aux tarodières, principale culture de l’île, et longer les rivières à l’entrée du principal village.

Jour 4

Gardez de la place dans vos bagages, car vous ne repartirez pas de Rurutu les mains vides ! L’artisanat occupe une place importante dans le quotidien des habitants de l’île. La spécialité de Rurutu, c’est la vannerie. Dans chaque famille, on fait sécher les feuilles de pandanus devant la maison avant de tresser chapeaux et paniers. Faites le tour de l’île à la rencontre de ces artisans installés dans les centres artisanaux. Il en existe dans les villages d’Avera, Auti et Moerai. Si vous n’avez pas le temps de les visiter, il vous reste une dernière chance de faire des achats à l’aéroport, où un espace d’exposition et de vente est ouvert en fonction des vols.