© les relais de josephine | Hélène Havard
Escapade

Trois jours à Rangiroa

L’atoll des superlatifs

Ça y est, vous êtes sous le « ciel infini » de Rangiroa. Que vous soyez un plongeur sous-marin en quête de sensations fortes ou non, le plus grand atoll de Polynésie regorge de plaisirs à s’offrir et à partager sur terre comme sur mer. Et si trois jours ne suffiront pas à les écluser… Qu’à cela ne tienne, vous reviendrez !

Motu De Rangiroa© Bernard RubinsteinMotu De Rangiroa© Bernard Rubinstein
©Motu De Rangiroa© Bernard Rubinstein

Jour 1

Certains ne viennent que pour ça. La réputation des spots de plongée sous-marine de Rangiroa n’est plus à faire. Pour vous accompagner, les nombreux clubs ne proposent que l’embarras du choix. Un baptême inoubliable pour les néophytes ?  Une exploration de folie pour les plongeurs plus expérimentés ? Au programme du grand bleu : une multitude de requins, tigre, gris, marteau, pointe blanche…, des raies mantas, Vous pouvez même les approcher de très près si vous êtes chanceux. Et on n’oublie pas, les classiques raies aigles, dauphins, poissons tropicaux multicolores.

Pour ceux qui ne sont pas fans de plongée, n’hésitez pas à enfiler un masque et tuba et à vous laisser porter par le courant rentrant dans la passe de Tiputa. Vous finirez… dans un aquarium ! Un spectacle dont il est parfois possible de profiter sans se mouiller, avec un bateau à fond de verre.

Près de la passe de Tiputa, sur le quai de Ohotu, Chez Lili vous attend pour vous restaurer sous la tonnelle en bois ou les chapiteaux, presque les pieds dans l’eau. Plébiscitée pour sa carte aux saveurs locales et de l’océan Indien dont elle est originaire, mais aussi pour son dynamisme et sa bonne humeur, Lili a conquis le cœur et le ventre des résidents comme des voyageurs de passage. Les végétariens sont bienvenus. Après l’effort, le réconfort, face au lagon, le temps d’une longue pause pour se revigorer.

Pas question après la plongée sous-marine de pêcher au fusil, on reste en surface ! Mais les pratiques locales sont vastes en la matière. Tradition chère au cœur des habitants qui se nourrissent principalement de poisson, certains professionnels proposent de vous embarquer pour une pêche au gros, au jig ou à la mouche. Mais si vous préférez surfer, les pensions de famille seront de bons conseils pour vous aider à trouver les meilleurs endroits où vous adonner à ce sport populaire en Polynésie… comme la passe de Avatoru qui accueille chaque année une compétition de surf.

En fin de journée, retour à terre pour une pause bien méritée… en continuant à admirer les richesses océaniques. On vous propose de vous asseoir face à la passe de Tiputa, à l’heure du coucher du soleil, pour voir, ou revoir s’ils vous ont déjà accompagnés dans vos périples de la journée, le spectacle des dauphins sauter dans les vagues. C’est simple, on ne s’en lasse pas. Un ballet féérique pour ponctuer ce jour « marin » et magique.

Jour 2

Aujourd’hui, on reste à terre et on fait du vélo. Avec assistance électrique ou non ? C’est selon votre énergie du moment ! On parcourt le village d’Avatoru, et on pousse jusqu’au deuxième chenal à la « capitale » Tiputa. Même si les villages n’offrent rien de grandiose, leur ambiance est particulière. Et cette balade, c’est surtout l’occasion de profiter au rythme du pays, des vues superbes côté lagon et océan… et de se baigner dans les hoa, ces « petites passes » aux eaux fraîches et cristallines. On en profite aussi pour ramener quelques souvenirs locaux vendus au bord de la route.

Si vous n’en avez pas encore eu l’occasion, la visite d’une ferme perlière s’impose. Déposez, par exemple, vos vélos à Gauguin’s Pearl, une des plus grandes exploitations de culture de perle noire du Pacifique. Implantée au milieu du motu de Avatoru, elle ne vous échappera pas. Ce sera le moment de découvrir le processus complet de la greffe mais également de vous laisser tenter par un bijou (éventuellement à faire monter sur place) dans la boutique climatisée attenante.

Suffisamment exceptionnel pour être souligné, le « vin de Tahiti » existe ! Et il est en réalité produit ici, à « Rangi » comme on l’appelle ici. Sur un petit motu, au large de la passe de Avatoru. Un terroir inédit, au milieu du Pacifique. Ce vignoble sur un sol corallien a demandé de nombreuses années de recherches, il donne des vins uniques, blancs et rosé. Selon la saison, les visites du domaine de Dominique Auroy sont possibles mais celle de la Cave de Rangiroa et les dégustations de vin (et de rhum !) sont ouvertes toute l’année.

Jour 3

La grandeur de cet atoll offre une variété insoupçonnée de dépaysements possibles. Au « secteur », qui s’étend sur plus de 240 motu quasi inhabités si ce n’est par quelques coprahculteurs et ramasseurs de coquillages, plusieurs destinations s’offrent pour une excursion en mer d’une journée entière. Île aux récifs, lagon bleu, ou plus rarement, les sables roses, toutes ont leur charme.

Notre choix porte, pour cette fois, sur l’île aux récifs. Au sud de l’atoll, après une heure de traversée du lagon en bateau, se dessine un paysage lunaire : les récifs coralliens, hors de l’eau, peuvent atteindre deux mètres de haut. Avec des chaussures adaptées pour protéger les pieds de ces coraux fossilisés et dentelés par l’érosion, on y crapahute, en profitant des piscines naturelles pour se baigner. Avec un déjeuner aux saveurs polynésiennes et les animations locales, cette virée inédite vous plongera autant dans un ailleurs qu’un mode de vie, une culture au goût de revenez-y.

Deuxième option, ou à l’occasion d’un autre séjour, la virée au lagon bleu mérite elle aussi le détour. Également à une heure de bateau du village, cinq motu entourent une sorte de mini mer de presque 30 hectares, posée sur la barrière de corail de l’atoll. Un lagon dans le lagon… Un site superbe, une carte postale, où se prélasser au milieu de centaines de requins dont on aperçoit la pointe noire au loin… ou très près. Comme l’île aux récifs, de nombreux prestataires proposent cette journée d’excursion. Votre pension de famille ou votre hôtel pourra vous l’organiser.