© Tiki Rieur De Raivavae - © Pierre Verger | Pierre Verger
Escapade

Trois jours à Raivavae

Raivavae, un joyau préservé

Si Bora Bora reste LA carte postale de référence à l’international pour tous les touristes rêvant de Polynésie, Raivavae, à laquelle elle est souvent comparée, n’a pourtant rien à lui envier. Trois jours dans ce jardin d’éden coupé du monde vous offriront de quoi vous rasséréner, entre mer et montagne.

Vue Depuis Le Mont Hiro à Raivavae - Tahiti Tourisme © Frédéric CristolVue Depuis Le Mont Hiro à Raivavae - Tahiti Tourisme © Frédéric Cristol
©Vue Depuis Le Mont Hiro à Raivavae - Tahiti Tourisme © Frédéric Cristol|Frédéric Cristol

Jour 1

L’aéroport de Raivavae est ouvert depuis fin 2002 et se trouve à environ 10 minutes en voiture du village principal. Il n’y a pas de service de navettes pour assurer la liaison, c’est donc votre hôte de l’une des Petites Hôtelleries Familiales (pensions de famille) de l’île qui viendra vous accueillir, sourire aux lèvres, avec un chaleureux Ia oga na (l’équivalent de ‘Ia ora na en reo Raivavae).

Le climat, plus frais que dans le reste de la Polynésie, est très favorable à l’agriculture maraichère : taro, litchis, bananes, mangues… Couplée à la pêche, elle offre l’opportunité à beaucoup de familles de vivre en autosuffisance.

Ici, pas d’hôtels de luxe et rien d’ostentatoire ; la vie se déroule simplement, en harmonie avec la nature. Certains promoteurs s’y sont pourtant essayés mais les habitants de l’île tiennent à préserver son authenticité et leur isolement, à l’abri des tumultes touristiques. Alors, aux dires de tous, tant qu’ils pourront l’empêcher, il n’y aura pas de complexe hôtelier sur leurs terres ancestrales.

On peut aisément comprendre que la scénographie de Raivavae fasse des émules. Sur cette île volcanique au lagon émeraude, le temps semble s’être arrêté. Enfourchez une bicyclette à votre arrivée (a priori, tous les logeurs en mettent à disposition ou en proposent à la location à la journée) et vous vous rendrez rapidement compte de son charme magnétique. Sur les 24 km à parcourir pour en faire le tour, vous ne croiserez que très peu voire pas de voitures le long d’une route encore partiellement bitumée. Vos yeux se poseront tantôt sur une montagne verdoyante découpée sur un bleu azur, tantôt sur des étendues d’eau aux mille nuances. Déjà, vous aurez oublié les tensions citadines.

L’île fleurie offre par ailleurs une variété étonnante d’impressionnants hibiscus aux couleurs uniques. Et au chapitre des particularités, les régimes de bananes se suspendent au-dessus de l’eau (après avoir été rincés pour être débarrassés des parasites, ils sont ainsi protégés des rongeurs et autres oiseaux pilleurs).

En week-end, laissez-vous surprendre par les chants religieux aux abords d’une église. Qu’importe le jour de l’office — qui diffère en fonction des confessions — le résultat provoque souvent la même émotion : chair de poule assurée !

Profitez de la fin de l’année si vous voulez goûter aux litchis fraîchement récoltés, ce sont les Îles Australes qui approvisionnent tout Tahiti pour les fêtes de fin d’année ! Et surtout pour échapper à l’hiver austral, car à entendre les récits de voyages, l’expérience de Raivavae peut changer du tout au tout. Rien d’étonnant selon qu’on y arrive sous 25° C ou avec pull et bonnet. Cela dit, libre à vous de tester une expérience de voyage en Polynésie plus insolite…

Jour 2

Beaucoup moins connue que d’autres de ses consœurs des archipels voisins, « la plus belle île du Pacifique » comme elle est souvent étiquetée par les chanceux qui l’ont visitée n’est pourtant pas en reste de paysages idylliques. Vingt-huit motu où nichent des multitudes d’oiseaux marins composent la barrière de corail qui la ceinturent et elle offre quantité de piscines naturelles, à nulle autre pareille. Embarquez pour une excursion en bateau sur le motu Vaiamanu, à environ vingt minutes de l’île principale. Le réputé « motu piscine » décline des dégradés qu’aucune palette de peintre ne saurait fidèlement retranscrire. Sous un soleil de plomb, il vous faudra trouver le peu d’ombre qui s’y trouve sur les pourtours du plan d’eau tant la réverbération peut être éblouissante et les UV traîtres si vous y allez pour déjeuner. Vous dégusterez sur place un savoureux et immanquable poisson cru au lait de coco, assorti au choix d’un poisson ou de poulet braisé et de quelques fruits frais en dessert. Vous pourrez vous relaxer dans un bain peu profond et (presque trop !) chaud. Face à ce décor de carte postale votre déjeuner n’aura assurément pas la même saveur !

Pour ceux que la vie de Robinson inspire, optez pour une « nuit au motu » (qu’il vous faudra réserver au préalable). Si vous ne craignez pas de n’avoir pour seule compagnie que tupa (crabe), bernard-l’hermite et une glacière contenant votre repas du soir et de quoi préparer votre petit-déjeuner du lendemain, ne passez pas à côté de cette expérience unique. Dans une cabane sommaire mais offrant le nécessaire, vous profiterez ainsi pleinement, seul au monde, de la tranquillité des lieux, entre coucher de soleil et ciel étoilé. Un soir de pleine lune, le spectacle n’en sera que plus féérique.

Jour 3

Vous ne pourrez quitter Raivavae sans avoir gravi le mont Hiro. En plus ou moins une heure selon votre condition physique, et de préférence avec un guide, vous atteindrez le toit de l’île qui culmine à 438 mètres. Les sentiers sont réputés difficiles et sont à proscrire par temps de pluie car certains passages glissants peuvent s’avérer dangereux. Néanmoins, si les conditions le permettent, la montée en vaut le détour. Le sommet offre une vue vertigineuse d’une beauté étourdissante sur le lagon, son camaïeu de bleus et un panorama à 360° à couper le souffle. L’heure est à l’admiration.

Si vous n’êtes pas amateur de randonnée mais appréciez les balades dans la nature, une marche sur une partie de la route traversière constitue une bonne alternative. Vous pouvez même cueillir çà et là des framboises sauvages !

Vous l’aurez compris, Raivavae n’a pas son pareil pour qui souhaite « déconnecter ». À l’écart, presque « préservée » du monde moderne duquel elle ne prend que l’essentiel pour se développer à son rythme, l’île, sauvage et authentique, offre quiétude et sérénité à tout moment de la journée. Quand le grognement d’un cochon ne résonne pas de manière intempestive d’un jardin avoisinant, le silence se fait d’or.

Cet écrin à l’atmosphère paisible est propice à la contemplation. Ici, on prend le temps de prendre son temps. Vous découvrirez le plaisir d’écouter le remous des vagues, le vent siffler au fond d’une anse et le bruit insolite des crabes à la surface de l’eau.

Une journée de plus sur cette île hors du temps vous permettra d’en découvrir les vestiges archéologiques : et notamment le ti’i resté sur l’île, dernier des quatre ti’i qui existaient jadis à Raivavae (deux ayant été rapatriés sur Tahiti et le troisième se trouvant dans le lagon), des marae et des grottes.

Carte